Être freelance à la campagne : Bonne ou mauvaise idée ?

Ê

Gaëlle MorinDéveloppeuse Web Happy Dev te partage son expérience

Salut les Happy Dev.

Moi c’est Gaëlle, développeuse web junior et du côté campagnard de la Force. Mais ça n’a pas toujours été le cas : je suis née et ai grandi à la ville, j’ai fait des études de technicienne de laboratoire médical et j’ai exercé ce métier pendant 10 ans. J’ai ensuite rencontré mon conjoint… agriculteur et j’ai décidé de le rejoindre à la campagne.

Petit problème : Je ne trouvais pas d’emploi en CDI, je faisais souvent 1h de route voire un peu plus par trajet pour rejoindre mon lieu de travail, les labo et les hôpitaux se regroupaient et supprimaient des postes (à cause des exigences budgétaires et des normes de la nouvelle accréditation).

J’ai donc fait une reconversion profesionnelle dans le développement web, car c’était un domaine qui m’intéressait depuis longtemps. Et ça faisait de toute façon quelques années que je réfléchissais à une reconversion profesionnelle car mon salaire n’était pas attractif, j’avais peu de possibilités d’évolution et je n’étais pas forcément fan des techniques managériales à l’oeuvre.

Quant à ce qui m’a amené à devenir freelance, c’est en partie une volonté de changement d’environnement de travail (les longs trajets pour du présentiel me pesaient de plus en plus, l’envie de ne plus avoir de collègues pendant 8h/jour) mais aussi une nécessité : je vis à 30-45 minutes de Bourges.

La campagne n’est pas un terrain où les entreprises avec des besoins en développement web s’installent et Bourges n’est pas une ville très dynamique à ce niveau. Cela fait maintenant 9 ans que je vis à la campagne et 2 ans que je suis freelance.

Dans tout ça, quels sont pour moi les points positifs et négatifs de vivre à la campagne ?

Les points positifs :

– Le loyer nettement moins cher.

– La possibilité d’avoir un jardin et un potager.

– Marcher/me balader au calme et voir de beaux paysages.

– Quand on connait les horaires des personnes âgées, on peut facilement éviter les files dans certains endroits 😉

– Les restos sont en général des valeurs sûres et moins chers qu’en ville.

– La vie autour de moi m’impacte moins (quand j’habitais en ville et que je prenais congés, je calquais mes déplacements sur les horaires de bureau et j’évitais de prendre la voiture aux heures de pointe. A la campagne, ça n’existe pas :D).

– Pas de tentation extérieure.

– Je dirai que lorsque je retourne en ville, j’en profite pleinement : parler avec tout le monde, suivre le moindre Happy Dev qui propose d’aller déjeuner dans un endroit particulier. J’en profite pour rentabiliser mon trajet et voir/acheter des choses que je ne trouve pas à la campagne. et je sais qu’une fois chez moi, je retrouverai le calme pour travailler.

– Une place de parking gratuite 😉

– Pas d’horaire de transport en commun à respecter, pas de grève à redouter 😉

Les points négatifs :

– Si vous travaillez en présentiel, ça peut augmenter votre temps de trajet ou être plus fatigant (je prenais les transports en commun quand je travaillais en ville mais je mettais quand même une heure par trajet, par contre je n’étais pas concentrée sur la conduite d’un véhicule).

– L’isolement : c’est plus difficile de voir des amis, de boire un verre et de rencontrer des gens. – Moins de variété dans les restos (pas ou peu d’alternatives végétariennes/végétaliennes ou de cuisine étrangère).

– Trouver des clients : j’ai un profil encore junior et il y a peu de clients potentiels ou les besoins ne sont pas très élevés. Pour ça, Happy Dev est un avantage, il permet de rencontrer d’autres personnes, de créer des affinités, etc.

– Peu d’offres culturelles et de loisirs : pas de cinéma, de musée, d’installations sportives, de manifestations culturelles.

– Population vieillissante.

– Rareté des services publics (Poste, commerces, écoles, santé, transports).

– Il faut vraiment avoir un véhicule (ou alors vivre dans une toute petite agglomération avec un supermarché, mais je trouve que c’est cumuler les désavantages de la ville (voisinage) et les désagréments de la campagne).

– Pas de gaz de ville => il faut penser à acheter, stocker et remplacer la bouteille de butane.

– Les magasins ferment plus tôt (oui, ça m’a fait rire le couvre-feu à 19h).

En point neutre, je dirai que les coworkings se développent. Il n’y a pas encore le choix comme dans les grandes agglomérations mais ça se développe à son rythme🙂� La fibre arrive mais c’est un point à surveiller car il y a une course à qui câble le plus vite (ce ne sont pas les gros opérateurs qui câblent mais des sous-traitants, donc c’est à celui qui décroche le plus de contrats. Cette course à la rapidité peut entrainer des malfaçons).

Si je devais vous donner des conseils si vous voulez vous installer à la campagne :

– Vérifiez la connexion internet. Moi, je n’ai pas eu le choix car je rejoignais quelqu’un mais la connexion est affreuse. Aucune volonté de la mairie de changer quoique ce soit. C’est malgré tout en cours d’amélioration car la fibre va passer, néanmoins mon village sera dans les derniers servis.

– Vérifiez l’accès aux soins. C’est un fait, il y a moins d’offres de soignants à la campagne. Regardez ce qu’il y a en médecins généralistes (les médecins vieillissants ne trouvent pas de remplaçant), les hôpitaux à proximité, quelle réputation ils ont, l’implantation de centres médicaux et s’ils acceptent de nouveaux patients.

– Quelle(s) ville(s) proche(s) ? Quelle(s) gare(s) ? – Si vous cherchez un logement, pensez à vous arrêter à la mairie. Bien souvent, vous verrez des annonces de vente sur un tableau ou les employés pourront vous renseigner. Les gens se connaissent et les infos circulent.

– La campagne synonyme de silence et d’air pur ? Déjà, attention aux mares et à leurs grenouilles, ça fait du bruit à la nuit tombée ces bestiole😉😉 La moisson. Hé oui, il faut bien nourrir la population et l’été est chaud. La moisson peut commencer très tôt le matin et s’achever très tard le soir (mon conjoint peut être parti à 6-7h du matin ou rentrer à 22h). Certains exploitants sont des éleveurs, un troupeau peut faire un peu de bruit, il y a déjà eu des cas de citadins pas très avisés qui ont porté plainte à cause des hennissements d’un cheval, du chant des coq etc. Qui dit troupeaux, dit insectes et mouches. Et pas de secret, le fumier ça ne sent pas bon.

Voilà mon tour d’horizon personnel des avantages et des inconvénients de la campagne. Peut-être que d’autres freelances ont un point de vue différent ?

Ou peut-être avez-vous des questions quant à mon mode de vie ? N’hésitez pas à en faire part dans les commentaires.

A bientôt ici ou lors d’un coworking/coliving avec Happy Dev🙂🙂

Gaëlle Morin Développeuse Web junior

Print Friendly, PDF & Email

About the author

Gwen Sauve

Add Comment

By Gwen Sauve